Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 22:41

 

Domaine La Péquélette, AOC principale Côtes-du-Rhône Vinsobres.

 

Domaine de la pequelette AOC Vinsobres
Domaine en polyculture de 8 ha en biodynamie, La Péquélette est la propriété de Cédric Guillaume-Corbin. « Paysan vigneron », comme il se désigne très bien, cet ancien coopérateur de la cave de Vinsobres travaille en bio depuis très longtemps. Il décide en 2005 de se mettre à son compte, pour enfin profiter de son travail qualitatif à la vigne, qui jusqu’alors passait inaperçu dans les mélanges des immenses cuves de la coopérative : « Je me sentais privé du résultat de mon travail ».

VRAI homme de la terre, grand gaillard toujours en train de rire, il est en recherche constante de biodiversité sur sa propriété : plantation de haies, production d’olives et de truffes elles aussi certifiées Demeter (Guillaume-Corbin peut donc vous procurer huile d’olive et truffes noires biodynamiques !). « Le domaine est un organisme vivant », observe-t-il. Naguère, « sur dix chênes, il y en avait que deux ou trois qui donnaient. Et ceux-là, il y avait beaucoup de plus vie autour, des bestioles, des vers, des fourmis qu grattent le sol… C’est en voyant ça que je suis venu à la biodynamie. » Il taille ses vignes en gobelet, à la recherche de feuillages denses, pour protéger ses raisins du soleil cuisant de la vallée du Rhône, et créer des mouvements de vents bénéfiques à un bon équilibre maturité/acidité. De plus, l’alternance entre chaleur et fraîcheur favorise la formation des arômes.
Le bonhomme est aussi un joueur passionné de rugby, ce qui n’a rien à voir, mais explique les étiquettes du vin d’entrée de gamme que voici.
Les vins du domaine de la Péquelette

Domaine La Péquélette, Côtes du Rhône cuvée « Carton rouge » 2008

 

Assemblage de 90 % grenache et de 10 % syrah, pour des rendements de 30 hl/ha (à 3 300 pieds par hectare). Environ 4 mg de soufre par litre, répartis entre 2 mg avant fermentation malolactique, et 2 mg à la mise en bouteille.
Un vin puissant et chaleureux, au joli fruit et à la jolie finale, mais un peu strict. Le 2007 est plus ouvert, plus complexe, plus frais, très joli.

Vinsobres, cuvée « Émile » 2007

 

L’AOC Vinsobres se caractérise par le vent frais qui descend des vallées des pré-Alpes chaque matin. « Du coup, commente Guillaume-Corbin, je vendange dix jours plus tard ceux qui sont installés 3 ou 4 km plus bas. »
Vin intense, profond, au fruit net et pur, très frais en bouche. Joli vin, très équilibré.

Vinsobres, cuvée « Émile » 2006

 

Une production exigeante, à 20 hl/ha (pour 4 000 pieds par hectare) ! Grenache à 75 %, le reste en syrah, mourvèdre et carignan.
Nez intense, profond, assez élégant. En bouche, c’est complexe et capiteux, quoique un brin sévère et alcooleux. À servir sur un sanglier rôti…

Vinsobres, cuvée « Émile » 2005
Fin, élégant, soyeux… à boire aujourd’hui.  Superbe vin, le plus abouti du domaine.

Published by Alexandre Rougé - dans Vinisud
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 22:45

Biodyn Dingues Donc

 

Biodyn Dingues Donc est une toute jeune association de vignerons du sud de la Vallée du Rhône (elle s’est formée en novembre 2009), comprenant cinq domaines en biodynamie, tous certifiés chez Demeter. C’est donc une démarche exigeante qui relie ces propriétaires, dans le désir de produire de vrais vins de terroir. Nous avons dégusté l’ensemble de la production de ces viticulteurs, qui se révèle être d’un haut niveau d’ensemble. À commencer par le Domaine La Cabotte.

  biodyn-dingues-donc.jpg

Domaine La Cabotte, AOC principale Côtes du Rhône

 

Dirigé par Marie-Pierre d’Ardhuy-Plumet, ce domaine de 30 hectares se situe sur le massif d’Uchaux, entre Bollène et Orange (Vaucluse). Les terroirs de grès siliceux et de grès calcaires caractérisent l’appellation. Les sols sont caillouteux en surface, composés d’argiles rouges et de sables en sous-sol. Le vignoble est balayé par le mistral, toujours bénéfique à la culture de la vigne.

Domaine la Cabotte

Domaine La Cabotte Côtes du Rhône (blanc), cuvée « Colline » 2009

Un tiers grenache blanc, un tiers clairette et un tiers viognier. Elevage en cuve. Assemblage des raisins en cuve, avant vinification. Bien sûr, pas de levures exogènes, ni de chaptalisation.

Un vin discret pour le moment, facile, gourmand et fruité, à la finale acidulée.

 

Domaine La Cabotte Côtes du Rhône, cuvée « Colline » 2007

L’entrée de gamme du domaine en rouge. Assemblage de grenache, syrah, carignan et cinsault, vinifiés et élevés en cuve. Le 2007 est un très beau millésime dans le Rhône, comme ce vin en témoigne.

Le nez est très puissant (notes giboyeuses, cacaotées, épicées) mais élégant, fin et précis. La bouche est fraîche, très légère et précise, bien ciselée. Beau jus de fruit sérieux.

 

Domaine La Cabotte Massif d’Uchaux, cuvée « Gabriel » 2008

Échantillon brut de cuve. Moitié syrah, moitié grenache. Vinification en cuve ouverte, pigeage sur le haut du chapeau et pas de soufre, sauf à la mise. Un vin élégant, fin et prometteur.

 

Domaine La Cabotte Massif d’Uchaux, cuvée « Garance » 2007 

50 % grenache, 30 % mourvèdre, 20 % syrah, vinifié en barriques.

Massif d’Uchaux est une AOC « villages » des Côtes du Rhône depuis 2005, exclusivement rouge. C’est un terroir plus frais et moins exubérant que ce à quoi on peut être habitué par ailleurs dans cette région.

Nez profond, très puissant, complexe, giboyeux, capiteux. Fruits noirs bien perceptibles. La bouche est bien fraîche, fluide, de texture fine. Un très bel équilibre, qui compense ce nez généreux. Très beau vin.

 

Domaine La Cabotte AOC Châteauneuf-du-Pape 2007

 

ProChateauneuf du pape domaine la cabotteduction confidentielle pour cette cuvée hors normes de Châteauneuf, à dominante de vieux grenache (de plus de 60 ans), de mourvèdre et de syrah en fermentation longue. Les grenaches sont vinifiés en grappe entière, les syrahs sont épluchées manuellement pour n’en garder que la pulpe… Un travail d’orfèvre.

Très complexe, un peu terreux, très mûr et d’une grande densité, le nez est vraiment extraordinaire. La bouche est volumineuse, ample, très concentrée et soyeuse en attaque. Toujours toute en fraîcheur, elle finit sur des tanins fins mais bien présents. Une grande cuvée.

Published by vin degustation - dans Vinisud
commenter cet article
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:12

Duhart-Milon, un Pauillac 4éme grand cru classé de haut niveau.


Chateau-Duhart-Milon-2001-AOC-PauillacGigot d'agneau fermier et risotto nature! Quelle beau flacon déguster sur une cuisine simple mais de belle qualité...
Pauillac bien sûr!.. Classé?, pourquoi pas!.. Duhart Milon?, sans hésitations!

Cru classé en 1855, le Château Duhart Milon tient son nom du lieu-dit dont il est originaire, Milon, et de son ancien propriétaire, le Corsaire Duhart.

La propriété s'étend sur 73 hectares de vignes, réparties entre 65% de Cabernet Sauvignon, 30% de Merlot et 5% de Cabernet Franc. Mais sur le millésime 2001, la proportion de Cabernet Sauvignon grimpe à 87% de l'assemblage, définissant d'entrée le désir de mettre en bouteille un grand vin taillé pour la garde. 16 mois d'élevage et 50% de barriques neuves, sont les données habituelles au domaine.

Petit frère spirituel de Château Lafite, Château Duhart-Milon est en effet très proche géographiquement de celui-ci, et notamment des parcelles destinées aux Carruades de Lafite, le second vin.

La même équipe gère les deux crus, et les soins apportés au vignoble de Duhart-Milon sont parait-il identiques à ceux du mythique 1er cru classé. Charles Chevallier, le Directeur technique, s'est fixé, il y a déjà longtemps, pour objectif de faire de Duhart un "Super 4ème", en rapport avec les vins nommés "Super Seconds" que sont Leoville Las Cases, Ducru-Beaucaillou etc..
L'objectif est déjà quasiment atteint, puisque les prix de vente sont bien supérieurs à ceux d'un 4ème cru classé classique, ceci dû bien sûr à une qualité irréprochable au fil des ans, et un style d'un grand classissisme austère, très typé Pauillac. Chose que nous avons pu vérifier ce soir avec cette très très belle bouteille.

Dégustation:


Beau rubis foncé, brillant, intense.

Nez puissant, droit, tendu, et très fin. On y découvre de la cerise noire, de belles touches d’épices nobles, et un fond acidulé, vif. Un beau mélange d’arômes primaires et secondaires. Le bois est tout à fait digéré, intégré. Grand vin à coup sûr !

Bouche à l’attaque veloutée, vive aussi, bien équilibrée, constitution moyenne, mais belle densité. Matière fluide. Grande longueur, et bonne acidité, encore un peu trop présente. Ce qui lui donnera certainement un grand avenir. Les tanins sont très fins, présents mais tendres.

L'accord est vraiment réussi, le vin ferme et puissant est tout à fait apte a supporter une viande gouteuse comme cet agneau  fermier. Le côté très vif du Château Duhart-Milon 2001 s'oppose merveilleusement à la matière très crémeuse d'un risotto, rendant l'ensemble léger et digeste.

Merci à... moi-même, d'avoir eu la bonne idée d'acheter ce vin à sa sortie primeur en 2003.

Plus d'infos:
Domaines Barons de Rothschid



Published by vin degustation - dans Vins de Bordeaux
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 22:10

Comparatif de 2 grands rosés:

Château de Pibarnon Rosé 2007 et Fronton Inés 2008 élu meilleur rosé du Monde.

Match grands rosé Bandol et Fronton

Château Pibarnon est un de ces grands rosés de Provence, connu de la planète entière. Un vin qui fait rêver, par le simple fait d'évoquer son nom. Assemblage de 50% de Cinsault de presse et 50% de Mourvèdre de saignée, c'est un rosé magique, issu de faibles rendements (35hl/ha environ), vinifié et élevé en cuve inox.

La Famille de Saint Victor est propriétaire du domaine depuis 1978, et de ses 3.5 ha lors de son acquisition, a transformé ce miniscule jardin, en un grand domaine de 50ha.

Le travail effectué par Henri et Catherine de Saint Victor a porté ses fruits, et le domaine et devenu au fil des ans, LA référence en AOC Bandol. Depuis une dizaine d'années, leur fils Eric a reprit les rênes du Château, et continue de livrer des vins du plus haut niveau.


Inès est le rosé de la Cave Coopérative de Fronton, Comte Negret, qui vinifie la plus grande partie des vins de l'appelletion. 30000 bouteilles d'Inès sont mises en bouteilles tous les ans, et c'est bien un challenge réussi pour la cave, que de produire un vin reconnu pour ces qualités avec des volumes de cet ordre.

Ce vin est l'assemblage original de 90% de Negrette, le cépage autochtone, et 10% de Syrah, tous deux élevés en cuve. Une bouteille design, aux extrémités anguleuses, met en avant ce produit, devenu la mascotte de Vinovalies, la société qui dirige la cave coopérative.


Dégustation:


Château de Pibarnon rosé 2007:


Château de Pibarnon Rosé 2007 famille de Saint VictorUne couleur inhabituelle pour un rosé, puisque des reflets franchement orangés et jaunes viennent agrémenter un rose saumon soutenu. Le nez est vif et puissant, gourmand. Des notes de fruits très mûrs dominent, presque confites, tout en restant élégantes. La bouche est grasse, très ronde et tout aussi puissante que le nez ne le laissait présager. Une bonne acidité donne un joli équilibre, et la finale longue révèle de petits fruits rouges.

Je dois dire qu'à l'aveugle, j'aurais certainement cru être en présence d'un vin blanc du genre Pinot auxerrois. Ce qui pour ma part est tout à fait un compliment. Je classe habituellement les vins rosés comme une catégorie à part, plutôt des vins d'amusement et de soif, que de vrais vins de dégustation. Le Château de Pibarnon m'aura prouvé que de grands vins rosés existent, inculte que je suis...


Inès 2008 Fronton de la Cave Coopérative:


Rosé Inès de la Cave Coopérative de Fronton 2008Robe: Rose saumon, claire , brillante. Nez sec, frais et bien net, aux arômes de fraises des bois. Acidulé à la manière d'un bonbon, il n'en reste pas moins un rosé sérieux, de repas. La bouche est vive, tranchante, manquant un peu de fruit et de rondeur pour être vraiment gourmande. Bien équilibrée, elle finit sur une belle fraicheur. C'est désaltérant à souhait.


Pour comparer un peu les deux vins, je dirais qu'il y a une différence de niveau évidente entre les deux cuvées. Pibarnon est un cran au dessus, fin et puissant à la fois, c'est une vrai découverte. Inès est un produit plus classique, un bon rosé pour la table, qui ne rivalise pas encore avec notre géant de Bandol, mais qui délivre un rapport prix / plaisir plus qu'épatant.


Pour information, le prix approximatif des ces deux vins:

Château de Pibarnon Bandol Rosé : 19 euros

Inès Rosé Cave de Fronton : 8 euros

 


Plus d'infos sur le site du Château de Pibarnon.

La cave de Fronton n'a encore pas de site Web.

 

Un grand merci à Jacques Valette qui m'a permis de découvrir ces deux cuvées d'exception.

19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 00:18
Livre: Le Vin Français. Un Chef d'Oeuvre en Péril d'Alexandre Rougé aux éditions Respublica.


Le Vin Français Un Chef d'Oeuvre en péril. Livre d'Alexandre Rougé.
Alexandre Rougé, jeune écrivain de 29 ans, journaliste indépendant pour la presse viticole, nous livre un ouvrage sur le vin de la plus grande précision, relatant de la mondialisation et de ses effets néfastes sur la sacro-sainte notion de terroir.

Il jette un pavé dans la mare, et aborde les sujets tabous de la "fabrication du vin" au niveau technique et cultural. On nous explique comment se font les vins industriels, uniformisés, au goût standardisé pour la nouvelle clientèle de buveurs de marques qui se développe.
Levurage, concentration des moûts, chaptalisations, et boisage des vins grâce aux copeaux, voici les principaux protagonistes sur le banc des accusés.

Trois mois d'enquête sur le terrain à la rencontre de vignerons, directeurs de coopérative, professionnels du vin, pour écouter, commenter et proposer les solutions nécessaires à la renaissance des appellations françaises et de leur identité.

Le vin est un produit de la nature, adéquation d'un cépage, d'un sol, d'un climat et à moindre mesure d'un homme. L'INAO est la seule à pouvoir  redonner tout son sens à ces données, ce n'est pourtant pas le chemin qu'elle suit pour l'instant...

La Résurrection passe par l'arrêt de la viticulture chimique qui nous prive de vrais vins de terroir, heureusement plusieurs vignerons sont dans le droit chemin, ils témoignent. Vins bio, naturels et biodynamiques, sont-ils la solution?

Où acheter ce livre? C'est ici: le vin Francais, un chef d'oeuvre en péril

Se documenter sur les vins non chimiques:

Vin-biodynamique.com, la référence en la matière, un article d'Alexandre Rougé
Renaissance des Appellations, l'association crée par Nicolas Joly.
Demeter, un organisme certificateur de la Biodynamie.
Biodyvin, l'autre label de la Biodynamie.
L'association des Vins Naturels.

Published by François - dans Humeurs
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 11:33

Vin de Pays des Gaules de Marcel Lapierre:




Comme le dit si bien un des acteurs inconnu de Groland magzine, Marcel Lapierre est le Roi du Morgon. Docteur ès vins naturels du Beaujolais, ce vigneron est LE pionnier du mouvement des vignerons "naturels".


La démarche vise à réduire les doses de soufre à leur minimum, et n'utiliser aucun moyen moderne ou technique pour "fabriquer" des vins.

Exit donc les chaptalisations, levurages, micro-bullages, concentrateurs de moût, osmoses inverses... Labour et travail de la vigne sont les seuls mots d'ordres.


Le vin qui nous intéresse aujourd'hui n'est pas le célèbre Morgon de ce vigneron, mais sa cuvée Vin de Pays des Gaules, issue des jeunes vignes de Gamay du domaine. N'ayant pas droit à l'appellation, ce vin est déclassé dans une catégorie inférieure, le vin n'ayant lui rien d'inférieur bien sûr.


Ce jus de fruits acidulé, frais et hyper désaltérant, est une version jusque là inconnue de ce cépage en général rustique et un peu épais, surtout sur des cuvées d'entrée de gamme. Marcel Lapierre nous livre ici une version d'une finesse et d'une légereté, ... qui vous oblige à prévoir deux fois plus de bouteilles par tête qu'a l'habitude. Si j'inventais un mot pour décrire ce vin, je dirai qu'il est d'une "gouleyitude" jamais vue.


Petit bémol, son prix... puisqu'il est d'environ 8€ aux particuliers, ce qui fait un peu cher le vin de casse-croûte. Mais a-t-on souvent des vins de casse-croûte dotés d'une telle classe!


Où trouver ce vin:

Au domaine bien sûr!

www.marcel-lapierre.com

Published by François - dans Vins du Beaujolais
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 00:40

Château de Mattes-Sabran Cuvée Chevreuse 2003 AOC Corbières:


Aujourd'hui, découverte d'une cuvée fort sympathique du Château de Mattes-Sabran en AOC Corbières.

Propriété de Monsieur Brouillat, ce domaine est d'une taille honorable, 90ha plantés de vignes, pour plus de 600Ha pour l'ensemble du Domaine. Même si les domaines de cette superficie sont courants dans la région, cela représente environ 500000 bouteilles à vendre tous les ans. Bon courage...

Sur le millésime 2003, beaucoup de vins sont forts peu élégants, voire même un peu lourds. Avec cette assemblage de Syrah et de cépages mystères que le vigneron ne révèle pas ( grenache certainement), on déguste un vin fin, charnu, mais digeste.

Doté d'une robe tout a fait sombre, le vin ne cache pas une maturité certaine.
Il dévoile un nez complexe (un peu fermé à l'ouverture), qui s'exprime au fur et à mesure de la dégustation sur des notes très réglissées, râfraichissantes, épaulées d'un joli fruit confit tout à fait noble. Le bois, pourtant bien présent puisqu'élevé en fûts de chêne neufs, est quasiment imperceptible. Il donne un juste équilibre à ces arômes sudistes.

En bouche, le vin est soyeux à l'attaque, volumineux et vraiment épais. C'est d'ailleurs ce qui me fait dire qu'il comprend un peu de Grenache.
Vraiment souple, les tanins sont construits et très mûrs. On y sent une grande densité, mais aucune astringence. Tout est bien intégré. Bon équilibre, lougueur moyenne, manquant un brin d'acidité, mais c'est tout à fait gourmand.

Jolie bouteille à marier avec une cuisine rustique et de bon goût (magret de canard de barbarie et tomates du jardin à la Provençale pour ma part!).

Merci à Philippe qui m'a ramené cette fiole d'un Week end oenologique.

Plus d'infos sur le site du vigneron :
www.mattes-sabran.fr


11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 01:32

Coste Rouge, une pure Negrette formidable.

Chateau la Colombière Fronton Coste Rouge
Découverte a été faite il y a quelques temps déjà, du Château la Colombière en AOC Fronton. Je tenais à vous parler de ce beau domaine et de cette famille fort sympathique, pour l'instant seule a pratiquer la biodynamie en Frontonnais.

Coste Rouge, c'est une parcelle avant tout, sur le haut de la colline, a proximité du chai. Belle batisse toulousaine typique en brique rose, le caveau abrite quelques cuves, en ciment d'ailleurs, de ce vin atypique. Ce petit carré de vigne fut le terrain d'essai de la biodynamie. Chéri, choyé, c'est un grand terroir qui mérite cette attention.
Le but de Diane et Philippe Cauvin était de tirer la quintessence de leur vignoble, avec la plus grande typicité possible. C'est donc vers la Negrette, cépage ancestral en ces terres, qu'ils fondent leurs espoirs, et décident, pour en faire remarquer toutes les subtilités, de le vinifier sans bois. C'est une chose assez rare pour une grande cuvée, mais qui fut toujours une des règles de base du père de Diane, le Baron de Driesen. Pureté de fruit, tension et fraicheur sont donc au rendez-vous.

2008 est le dernier millésime dégusté, c'est d'ailleurs selon Philippe Cauvin, le plus beau millésime vinifié de leur courte mais prometteuse carrière, puisque 2005 fut le premier.

C'est un beau millésime, mélant fraîcheur et belle maturité de fruit. Une grande année à l'équilibre extraordinaire... Le côté rustique du cépage Négrette est toujours présent, (c'est d'ailleurs ce qui ma séduit en 2005) mais les talents de vinification de nos jeunes vignerons s'affine. Ils produisent des vins plus fins tous les ans. Le potentiel de progression est donc important.

Au Château la Colombière à FrontonCette cuvée est vraiment racée, atypique et sera certainement un vin de garde. Même si le recul n'est pas suffisant pour en juger, tant qu'il y a de l'équilibre (puissance et finesse soutenu par une belle acidité), vous pouvez être confiant.
Philippe Cauvin prévoit une dizaine d'année de garde, pour un 2005 dont il n'est pas entièrement satisafait... de bonne augure pour des 2006 et 2008 nettement supérieurs.

Retrouvez ces vins:
- Au domaine : www.chateaulacolombiere.com
- Dans notre cave: Fronton biodynamique
Published by François - dans Vins du Sud Ouest
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 23:12
Aimable visiteur, bonjour.
Voici que je me lance dans la blogosphère, en ce mois d'Août 2009, pour une aventure qui sera longue et enrichissante, je l'espère. Pour vous comme pour moi.
Ce blog a pour but, de mettre simplement sur la toile, tous les commentaires de dégustation de vin que je rédigeais jusque là, sur un vulgaire petit carnet.
Mon métier et ma passion me font découvrir quantité de beaux flacons de tous horizons, et je me disais qu'il serait idiot de ne pas les partager, si tant est que cela interresse quelqu'un.  A vous d'en juger, et de critiquer (positif ou négatif, j'entends) mes notes de dégustations et billets d'humeur bacchiques.

Caisse panaché de degustation-vin.over-blog.com


Published by vin degustation - dans Humeurs
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de dégustation de Vin
  • Le blog de dégustation de Vin
  • : Ce blog est, sans prétention aucune, un carnet de dégustation de vin de deux amateurs, Alexandre Rougé et François Secondat. Bordeaux, Bourgogne, et vins du Rhône..., toutes nos régions viticoles sont explorées.
  • Contact

Recherche